Bonjour à tous !

Le rythme du parcours pédagogique étant passé à une étape toutes les deux semaines, j’espère que vous arriverez à mieux progresser dans votre formation.

On continue cette semaine avec la conclusion du module 2 suivie d’un peu de théorie. En bonus, le témoignage de Claudine sur la travail de la vision binoculaire avec les filtres vert et magenta.

Cliquez ici pour accéder à votre formation en ligne.

Fin du module 2

Si vous avez suivi les étapes précédentes, vous avez terminé de visionner le module 2.

Vous avez donc découvert (ou redécouvert) :

  • que l’utilisation des couleurs n’est pas nouvelle, mais une pratique millénaire;
  • que Dominique et Sylvie nous parlent de chromobiologie avant tout : au-delà de la technique de soins qu’on appelle chromothérapie, ils vous partagent une philosophie du vivant;
  • que les couleurs peuvent se ressentent avant de se penser, qu’elles peuvent avoir une influence sur notre corps physique, nos émotions, nos pensées, quand on les porte;
  • qu’il n’y a pas besoin d’avoir tout compris pour les utiliser, il suffit de s’écouter : ce qui nous plait nous fait du bien;
  • qu’observer une couleur longtemps et laisser apparaître sa complémentaire est un premier indice pour savoir si notre corps a besoin de cette couleur : si la couleur complémentaire n’apparait pas, c’est que notre corps en a encore besoin;
  • que le mixage phosphénique est une aide à la visualisation et la mémorisation : la lumière stimule notre cerveau. Le soleil, source de toute vie sur terre, peut donc devenir un atout pour nos exercices intellectuels. 

Avez-vous des questions ?

À propos du module 2 : les questions déjà posées

Question de Véronique à propos de l’exercices des phosphènes et des couleurs complémentaires.

Petit retour sur l’exercice des couleurs fondamentales lumière et matière : pour le vert, le rond magenta sur le blanc apparait tout de suite. Pour rouge, idem le bleu apparait. Pour le jaune… pas de bleu, la page reste blanche… rien de rien… peux-tu me conseiller ? Merci.

Réponse :

Si le bleu n’apparaît pas, cela peut vouloir dire que ton corps a encore besoin de se nourrir de jaune.

Question de Claudine à propos du travail des yeux avec les filtres vert et magenta.

Quelqu’un aurait-il déjà travaillé la vision binoculaire ? L’expérience acquise montre-t-elle si les exercices doivent être pratiqués régulièrement, à un certain rythme, pendant combien de temps ? Ou faut-il simplement tester, chaque cas étant particulier ?

Réponse :

Je pense que la régularité est un plus. C’est comme une rééducation en quelque sorte.

Question de Jean-Yves sur la fabrication de la couleur complémentaire lors de l’exercice des phosphènes.

Bonjour, j’ai fini le module 2. Peux-tu préciser Karine le point sur le fait que la couleur complémentaire apparaisse ou non ? Dominique parle que c’est lorsqu’une couleur nous fait du bien (vidéo à partir de 7min14) qu’elle n’apparait pas et au contraire que c’est quand on est en excès d’une couleur que sa complémentaire vient rapidement. Dans ton texte tu indiques au contraire que c’est un manque de couleur qui fait que sa complémentaire n’apparait pas (donc un besoin, ce qui a un aspect négatif …). Alors que Dominique, dans le même cas parle d’une couleur qu’on aime bien, donc un aspect positif pour le même phénomène. Je suis sûr que vous vous rejoignez, mais je pense que ça mérite tout de même des précisions. Merci pour ton écoute et ton suivi. Jean-Yves

Réponse :

Bonjour Jean-Yves,
Une couleur que l’on aime bien est une couleur qui nous fait du bien = une couleur dont on a besoin. Ce n’est ni négatif nu positif. C’est un besoin. C’est un peu comme dire qu’une carafe est presque vide et qu’il faut la remplir. Si ton corps a besoin de rouge, il se nourrit de rouge, il se « remplit » en rouge, il s’équilibre avec du rouge… Et souvent tu aimes aussi le rouge.
Si par contre ton corps n’a pas besoin de rouge, qu’au contraire il en a déjà trop, alors il va rejeter le rouge : tu n’aimerais pas cette couleur, tu n’en auras pas besoin. Ta carafe est trop remplie. Il faut couper l’arrivée d’eau et vider le trop plein d’eau.
Couper l’arrivée d’eau = tu te mets à détester le rouge. Plus moyen qu’un objet rouge reste dans ta déco.
Vider le trop plein, c’est faire « disparaître » cette eau. Pour faire disparaître du rouge, il suffit de produire sa complémentaire. Ton corps neutralisé le rouge avec du cyan, car rouge + cyan = blanc en lumière.
Ne pas aimer une couleur est souvent signe d’un blocage. Encore une fois, ce n’est ni positif, ni négatif, c’est un blocage, une difficulté ou une résistance
Que ce soit un besoin ou une blocage, dans les deux cas, il y a une problématique à régler dans le domaine de la symbolique de la couleur.
Il faut prendre ça comme une thématique à travailler/ développer ou un indicateur de déséquilibre, et non pas comme quelque chose de positif ou négatif.
J’insiste sur l’importance du vocabulaire, car cela permet d’aborder la symbolique des couleurs avec plus de sérénité et peut-être aussi moins d’aprioris.

Donc dans le cas des phosphènes, dès que tu fixes une couleur, ton corps s’en nourrit. Tant qu’il en a besoin, il laisse « rentrer » la couleur. Dès qu’il n’en a plus besoin, il la neutralise avec sa complémentaire.
Et si ça se trouve, ça fait déjà « longtemps » qu’il produit sa complémentaire quand tu arrêtes de fixer la couleur pour regarder du blanc. C’est juste que ça devient plus flagrant en regardant du papier blanc.

Question de Rita sur le noir.

Le noir est-elle une couleur ? J’ai un peu de mal avec celle-ci ! Merci

Réponse :

Le noir est la somme de toutes les couleurs en couleur matière.

Elle véhicule une forte composante culturelle. Le deuil et la mort en France. Le « classe » dans le secteur des affaires
En symbolique lumière, c’est la fin d’un cycle.

Question d’Yvonne à propos du mixage phosphénique.

Bonjour Karine, tu utilises une bougie pour le mixage phosphénique? C’est aussi efficace ? Pas besoin d’acheter des ampoules alors ?

Réponse :

Dans les églises, c’est le rôle des bougies de maintenir l’attention et on peut les regarder en continu.

Question de Colette à propos du travail des yeux avec les filtres vert et magenta.

J’ai une question par rapport à l’exercice « œil dominant’ avec le filtre vert et magenta. Je l’ai fait à plusieurs reprises et je n’avais pas toujours le même œil dominant. Peu importe la couleur devant les yeux. Quel en est le sens ?

Réponse :

Lorsqu’on ne voit pas de différence nette, c’est que les deux yeux ont la même puissance.

Témoignage de Claudine : le travail des yeux avec les filtres vert et magenta.

Expérimentation sur le travail de la vision binoculaire avec deux couleurs complémentaires.

Comme promis, voici un retour sur le travail sur la vision binoculaire avec des filtres de couleurs complémentaires (vert et magenta).

Contexte : personne astigmate, ayant un léger strabisme, et un œil inactif (œil droit), tout cela entrainant des problèmes d’insécurité pour l’évaluation de l’espace.
Tests de départ (permettant contrôle de l’efficacité des exercices) :
– Maladresse pour verser liquide dans un verre.
– Insécurité et anxiété pour sortir la voiture du garage (relativement étroit).

Les exercices sont déterminés par l’utilisation du test musculaire kinésiologique (je suis formée en kinésiologie).

9 premiers jours :
Exercices effectués le matin pendant 90 secondes, devant une fenêtre (lumière naturelle) lunettes avec filtre vert devant l’œil gauche (directeur) et filtre magenta devant l’œil droit.
Le premier jour le sujet voit très nettement les couleurs inversées (magenta côté gauche et vert côté droit), petit à petit tout devient vert.
Le deuxième jour, le vert pâlit
Le troisième jour, le sujet décide de faire des mouvements oculaires simultanément (huit inversé)
Voit toujours le vert à droite, mais rapidement celui-ci devient très terne. Le neuvième jour, de profonds bâillements accompagnent l’exercice.

8 jours suivants :
Le sujet inverse les couleurs (magenta à gauche et vert à droite), garde le même temps d’exposition à la lumière, mais travaille à la mi-journée.
Les couleurs sont toujours inversées et très denses au départ, pour pâlir de plus en plus à la fin de l’exposition.
Depuis le 7è jour, ajout du « canon de Pachelbel » en fond musical. (voir vidéo Michel Gauthier).
Aujourd’hui, les couleurs ne sont plus inversées.

Observations :
Chouette, verser du vin est plus aisé, sortir la voiture du garage est une action beaucoup plus détendue.
Nous continuons encore quelques-temps cette expérience.

Objectif de la semaine : répondre aux questions liées aux modules 1 et 2 + visionner le module 3

Module 3 : La complexité des phénomènes lumineux.

Objectifs : 

– Découvrir ce qu’est la lumière
– Comprendre l’importance des 3 couleurs fondamentales
– Comprendre la différence entre couleur lumière et couleur matière
– Comprendre la notion de couleur complémentaire

Vidéos :

– Atelier 7 : Un peu de théorie sur la couleur

Guide de lecture

Une semaine plus légère avec une courte vidéo théorique. Profitez en pour mémoriser les couleurs complémentaires. Celles et ceux qui ont participé à un atelier avec moi sur la symbolique des couleurs ont pu voir que c’était pratique de connaître les couleurs complémentaires lorsqu’on « jongle » avec les symboliques des couleurs lumière.

La symbolique des couleurs sera abordée au module suivant.

Il n’est cependant pas indispensable de tout connaître par cœur : tout est indiqué sur la planche du sceau de Salomon, Il suffit de se souvenir que 2 couleurs complémentaires sont en opposition sur l’hexagramme.

Notez toutes vos observations dans votre carnet de notes et continuez de me partager votre expérience du mixage phosphénique 🙂

Bonne semaine à tous !

Karine

Spread the love